La possibilité d’une île (3/5) : Böcklin

Arnold Böcklin, L’île des morts.
1883. Huile sur toile. Alte Nationalgalerie, Berlin.

version de berlin 1883 Böcklin

Avec l’artiste allemand symboliste Arnold Böcklin, l’île se teinte d’une coloration plus sinistre et se pare des atours du dernier refuge, de la terre d’exil définitive : celle du royaume des morts. L’atmosphère n’est pourtant pas à l’inquiétude. Au contraire, un sentiment de sérénité, d’immobilité et de silence absolu, propre à l’éternité, se dégage de la toile, qui, deux siècles plus tard, n’a rien perdu de son degré de fascination.

Au premier plan apparaît une frêle embarcation dans laquelle on pourrait reconnaître Charon, le passeur des morts, menant une âme au terme de son dernier voyage après avoir traversé les eaux du Léthé, de l’Oubli. L’essentiel de la surface du tableau est occupé par cette île imposante, à l’architecture solide et rigoureusement construite, selon un assemblage de lignes horizontales (muret, sommets des rochers, bâtiments) et de lignes verticales formées principalement par les majestueux cyprès noirs, au centre du tableau, vers lesquels convergent le regard sans possibilité de circulation ni d’évasion. Cette noirceur profonde et mystérieuse ouvrant sur l’inconnu est renforcée par l’extrême matité du tableau, et par le contrepoint lumineux qu’introduisent les rochers jaunis par le soleil couchant et les quelques touches de blanc alentours (ciel, édifice, voile du défunt debout dans la barque). Cette version, conservée à Berlin (Böcklin en peignit cinq différentes), est d’ailleurs la plus lumineuse et la plus apaisée. Rappelons que le titre « L’Ile des morts » fut inventé plus tard par le marchand de tableaux Franz Gürlitt, Arnold Böcklin se contentant de l’appeler « un lieu tranquille ». Il avait choisi de peindre cette oeuvre pour répondre à la demande d’une jeune veuve qui souhaitait avoir « une image pour rêver ». Cet épisode ne pouvait que renvoyer le peintre à son propre vécu, lui qui avait perdu cinq enfants en bas âge, sur les onze mis au monde par son épouse.

Cette Île des morts apparaît pour le regardeur d’aujourd’hui comme un sanctuaire mental, un lieu d’élection capable de raviver et de nourrir ad libitum son imaginaire endormi. Dans un article intitulé La révolution, la nuit, inclus dans le catalogue de l’exposition L’Ange du Bizarre, présentée à Orsay en 2013, Annie Le Brun insistait sur l’importance du tableau de Böcklin, qui marqua les esprits dans une fin de siècle où l’effervescence de la nuit et du rêve innervait complètement la création artistique et les consciences. Moteur du romantisme noir, cette île n’est rien d’autre qu’une résurgence du château noir, gothique, cher aux Surréalistes, et « qu’André Breton désigne dans le Manifeste du surréalisme de 1924 comme le lieu où il souhaite voir aller et venir ceux dont le rêve est à la mesure de leur révolte devant l’horizon dévasté que leur offre le début de XXème siècle. »

C’est en 1937 que Breton, à un moment d’extrêmes tensions politiques et sociales (guerre d’Espagne, montée du nazisme…), posera « la question des châteaux » et que la commissaire d’exposition formule ainsi : « devant ce qui menace la liberté de chacun, quelle est la possibilité pour chaque époque de retourner à sa nuit, afin d’y trouver de quoi construire le lieu mental où se défont croyances et idéologies pour réinventer la liberté plurielle. ? (…) Comme si, une nouvelle fois, c’était dans l’obscurité du château intérieur que se puise l’énergie pour tout recommencer en prenant en compte l’homme dans son entier. » 

Publicités

Une réflexion sur “La possibilité d’une île (3/5) : Böcklin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s